INCLUSION

1. Définitions

2. Organisation scolaire

3. Lois, plans, politiques et programmes

4. Gouvernance

5. Milieu d’apprentissage

6. Enseignants et personnel de soutien

7. Suivi des données

 

  1. Définitions

Éducation inclusive

Selon le Module de formation des enseignants en éducation inclusive (2013 et révisé en 2019), l’éducation inclusive valorise la diversité comme une partie essentielle du processus d'enseignement et d'apprentissage et vise à faire en sorte que tous les enfants bénéficient des mêmes droits et des opportunités à l'éducation et à lutter contre la marginalisation des individus et à promouvoir l'acceptation de la différence. L’éducation inclusive

« est un processus qui vise à assurer l’accès, la participation et la réussite de tous les apprenants. Elle suppose une restructuration du système éducatif dans toutes ses composantes afin de parvenir à une éducation performante et de qualité qui bénéficie à tous. Elle est fondée sur l’égalité des droits, l’égalisation des chances et la réduction de l’exclusion à tous les niveaux de l’éducation formelle, non formelle et de la formation professionnelle. Elle repose sur une approche différenciée qui prend en compte la diversité des besoins de tous les apprenants, en particulier ceux des couches vulnérables dont les personnes vivant avec un handicap. Elle s’accompagne d’aménagements raisonnables pour répondre équitablement aux besoins d’accessibilité. Elle est de la responsabilité de l’État ».

Le Module mentionne que ceux qui ont des besoins éducatifs spéciaux doivent avoir accès aux écoles ordinaires, qu’ils aient ou non un ou des handicaps.

 

  1. Organisation scolaire

L’éducation spéciale est assurée par l’Institut national des aveugles du Mali (INAM), les Instituts régionaux des jeunes aveugles, les Écoles des déficients auditifs et les Centres médico-psycho-éducatifs de l’Association malienne de lutte contre les déficiences mentales chez l’enfant (AMALDEME). Les enfants handicapés fréquentent des classes séparées puis ordinaires dans des écoles du district de Bamako et des régions de Koulikoro et de Ségou. Dans les régions de Sikasso, Tombouctou, Gao et le Ddistrict de Bamako, ce sont 85 écoles ordinaires qui accueillent des groupes vulnérables - enfants handicapés, enfants déplacés internes et enfants retournés - dans les mêmes classes que les autres apprenants.

 

  1. Lois, plans, politiques et programmes

La Constitution énonce que « le droit d'aller à l'école s'exerce sans discrimination fondée sur le sexe, l'origine sociale, la race ou la religion ». La loi interdit d’écarter une personne ou un groupe de l’accès aux divers types ou degrés d’enseignement et de « limiter à un niveau inférieur l’éducation d’une personne ou d’un groupe » (article 9). Le Programme intérimaire de relance du secteur de l’éducation et de la formation professionnelle (2015-2016) vise la promotion de l’éducation inclusive à tous les niveaux afin de parvenir à une amélioration de l’accès à l’éducation formelle et non formelle tout en assurant l’équité. Une loi d’orientation de l’éducation prenant en compte l’éducation inclusive est aussi en instance d’adoption. Aussi, une politique d’éducation inclusive est en cours d’élaboration depuis 2018.

Selon le Programme décennal de développement de l’éducation et de la formation professionnelle deuxième génération (PRODEC 2), « la vision des départements en charge de l’éducation et de la formation professionnelle est que, à l’horizon 2028, le Mali dispose d’un système éducatif performant et inclusif qui forme des citoyens patriotes, responsables, producteurs et créatifs qui contribuent au développement socio-économique de leur pays » (p. 40). Le Programme 3 du PRODEC 2 porte sur la « promotion de l’accès équitable et inclusif à une éducation de qualité pour tous » (p. 65). Ce programme assurera pour la décennie à venir, la promotion de l’éducation inclusive à tous les niveaux afin de parvenir à une nette amélioration de l’accès à l’éducation formelle et non formelle tout en assurant l’équité.

Handicap

Le pays a ratifié la Convention relative aux droits des personnes handicapées en 2017. L’ordonnance de juin 2002 portant Code de protection de l’enfant énonce que l’enfant handicapé a droit « à un degré d’enseignement et de formation qui consolide son auto prise en charge et facilite sa participation à la vie sociale » (Article 16). Dans cet esprit, le gouvernement malien a adopté plusieurs politiques et stratégies dont la Politique nationale de la protection sociale, la Politique nationale de solidarité, la Politique nationale de l’action humanitaire et la Stratégie pour la promotion économique des personnes en situation de handicap. En parallèle, la loi 2018-027 relative aux droits des personnes vivant avec un handicap a été adoptée en juin 2018. Aussi, la Politique nationale d’éducation spéciale (2011) est en cours de révision.

Différents projets (surtout sous la gouverne d’ONG) visent à inclure les personnes en situation de handicap dans le système éducatif. Par exemple, le programme Éducation inclusive pour les enfants ayant une déficience visuelle dans le primaire au Mali de l’USAID et Sightsavers sera mis en œuvre à Bamako, Ségou, Koulikoro et Gao. Le projet vise à augmenter le nombre d’enfants ayant une déficience visuelle dans les écoles primaires ordinaires et à introduire un système d’évaluation de la lecture précoce pour ces apprenants. Ce projet assurera la formation de 110 instituteurs, 10 enseignants et 14 conseillers pédagogiques sur l’enseignement de la lecture aux enfants aveugles.

L’Association malienne des femmes handicapées (AMFH) créée en 1994 permet à ces femmes d’échanger et d’être scolarisées via des formations techniques en vue de l’apprentissage d’un métier pour leur autonomisation.

Handicap International met également en œuvre plusieurs projets pilotes d’éducation inclusive depuis près d’une décennie. Le Projet de scolarisation des enfants sourds et enfants aveugles dans les écoles ordinaires de la commune de Sikasso (PAOSSEE) permet la scolarisation et le maintien scolaire de 53 enfants sourds et enfants aveugles dans les écoles ordinaires de Sikasso à travers le dispositif des enseignants itinérants. Le projet Éducation inclusive au Sahel cible 36 524 élèves dont 450 enfants handicapés dans le district de Bamako et les régions de Sikasso et Tombouctou. Le projet Inclusive Safeschool cible 30 000 élèves dont 250 enfants handicapés à Tombouctou et Gao. Le Programme d’accès à l’éducation pour tous les enfants du Mali (PACETEM) assure la formation de 16 représentants d’ONG, de 228 conseillers pédagogiques des 20 Académies d’enseignement du pays et de 68 représentants de 15 directions nationales du ministère du l’Éducation nationale et de la Direction nationale du développement social. Au-delà des actions pilotes ciblant les écoles, Handicap International fait le plaidoyer pour la prise en compte des enfants handicapés dans le système éducatif et les Programmes de développement économique social et culturel (PDESC) des communes. L'organisation apporte également l’appui technique au ministère de l’Éducation pour la promotion de l’éducation inclusive.

Genre

Le Mali s’est doté d’une Politique nationale de scolarisation des filles (2010). Cette dernière vise à éliminer les disparités entre les sexes dans tous les niveaux de l'enseignement et d’assurer aux filles un accès équitable et sans restriction avec les mêmes chances de réussite. ll vise l'appui aux filles des familles démunies, la réduction de moitié des frais d'inscription des filles, la mise en œuvre d'un système de parrainage et de tutorat et la mise en place de mesures incitatives en milieu rural.

Le Programme intérimaire de relance du secteur de l’éducation et de la formation professionnelle (2015-2016) avait pour objectif de promouvoir le genre dans le système éducatif. L’accent a été mis sur l’aide financière aux ménages démunis et sur la prise en compte et l’application effective des questions de genre et de violence dans la formation continue des maîtres et des administrateurs scolaires. Le Programme prévoyait de former 200 agents de sensibilisation et de distribuer 2 000 kits scolaires par an aux filles de parents démunis. De plus, il visait à préparer 1 500 filles par an à l'examen du Diplôme d’étude fondamental (DEF) et 1 800 filles aux concours d’entrée dans les Instituts de formation des maîtres.

En outre, le ministère de l’Éducation a créé le Fonds d’appui à l’autonomisation de la femme et à l’épanouissement de l’enfant (FAFE) qui a financé en 2015 environ 96 projets et a touché 3 840 femmes et 6 161 enfants en situation difficile. En 2016, le Fonds a financé 270 projets et touché 10 800 femmes. Dans les écoles, des comités pour la promotion de la scolarisation des filles ont aussi été créés. Enfin, depuis 2016, le Programme d’appui à l’autonomisation de la Femme dans la chaîne de valeur Karité au Mali s’adresse à plus de 50 000 femmes rurales.

Groupes ethniques et linguistiques

La Constitution affirme que le français est la langue d'expression officielle. Toutefois, la loi fixe également les modalités de promotion et d'officialisation des langues nationales. Le Programme bilingue du Mali encadre l’apprentissage de la lecture et de l’écriture dans la langue maternelle.

Zones rurales

Les autorités locales adaptent l’organisation scolaire de ces milieux. Par exemple, dans les écoles villageoises, l’année scolaire commence après les récoltes en novembre et dure jusqu’en mai. Les cours durent de deux à trois heures par jour, six jours par semaine, afin de laisser aux enfants du temps pour participer aux travaux des champs. Le Rapport sur l’EPT 2011 soutient que cette pratique a permis de faire progresser les inscriptions scolaires des filles

Pauvreté

Le Rapport national volontaire sur la mise en œuvre des ODD (2018) identifie certaines mesures qui ont été mises en place, dont l’implantation de cantines scolaires pour accroître la fréquentation scolaire dans ces milieux.

Élèves nomades et élèves réfugiés

Des écoles nomades ont été créées dans les régions du Nord. Les maîtres suivent ces populations dans leurs déplacements. Des centres d’éducation pour le développement (CED) et de centres d’alphabétisation fonctionnels (CAF) ciblent quant à eux l’inclusion d’autres groupes vulnérables et visent à accroître leur taux de fréquentation scolaire. Le projet Éducation inclusive NORAD de Handicap International contribue à la scolarisation de 200 enfants réfugiés ou déplacés et à l’inclusivité de 33 écoles ordinaires et de six écoles spéciales. Les projets Éducation inclusive au Sahel et Inclusive Safeschool de Handicap International contribuent à la scolarisation de 350 enfants déplacés internes/retounés/rapatriés et au développement de plans de préparation et de réponse d’urgence au profit de 30 000 élèves de 51 écoles des régions de Gao et Tombouctou.

 

  1. Gouvernance

Au niveau institutionnel, le ministère de l’Éducation dispose d’une Direction nationale de l’éducation préscolaire et spéciale (DNEPS) avec une Division de l’éducation spéciale et une autre de l’éducation intégratrice.

La Direction nationale de l'enseignement fondamental assure le suivi pédagogique et le Centre national des examens et concours organise les examens et les concours scolaires inclusifs. En outre, la Cellule de planification scolaire (CPS) est chargée de collecter les données statistiques.

La DNEPS dispose d’une politique nationale d’éducation spéciale en cours de révision pour prendre en compte l’éducation inclusive. En attendant la finalisation du processus de révision, l’éducation inclusive est laissée de façon générale à l’initiative du secteur privé, des organisations de la société civile et des ONG. Les principales ONG chargés de l’éducation inclusive sont Handicap International et SightSavers. Les actions sont soutenues par les organisations de/pour les personnes handicapées (OPH) composées essentiellement de l’UMAV, l’AMASOURDS, l’AMALDEME et la FEMAPH, organisation faîtière des OPH au niveau national. En parallèle, la COSC-EPT contribue au plaidoyer en faveur de l’éducation inclusive. Les différents projets d’éducation inclusive développés par les ONG sont portés au niveau local par les communes conformément à la gestion de l’éducation en mode décentralisé.

Enfin, dans certains projets, le ministère de l’Éducation nationale (MEN) collabore dans une certaine mesure avec les autres ministères. Par exemple, la Politique genre a nécessité la collaboration du MEN et des ministères de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ; de l’Emploi, de la Jeunesse et de la Construction citoyenne ; de la Promotion de la Femme, de la Famille et de l’Enfant ; de la Santé et de l’Hygiène publique et de l’Économie et des Finances.

 

  1. Milieux d’apprentissage

Infrastructure

Il existe un module de formation en accessibilité des personnes handicapées à l’éducation (2010) (lien non accessible). En outre, via la correspondance n°395 du 6 mars 2012, le directeur national de l’Urbanisme et de l’Habitat invite les directeurs régionaux à prendre toutes les dispositions nécessaires pour l'application des Normes générales d'accessibilité physique des bâtiments publics aux personnes handicapées comme définies par le Code de la construction du 31 décembre 2003. Dans 26 écoles ordinaires ou spéciales déjà construites avant ces dispositions, des aménagements d’accessibilité physique ont été réalisés pour 103 salles de classe, 11 points d’eau et sept latrines grâce à l’intervention de Handicap International.

En 2017, le MEN a présenté un portrait sur les services d’eau, d’assainissement et d’hygiène dans les écoles pour le premier cycle d'enseignement. En bref, on y apprend que 51 % des écoles au Mali possèdent un point d’eau amélioré et fonctionnel et que moins de 16 % des écoles (environ 1 360 écoles avec 254 000 élèves) ont accès aux latrines améliorées, séparées, fonctionnelles, accessibles et suffisantes, avec option d’accessibilité. De plus, 93 % des écoles ne pratiquent ni session d’éducation ni session d’orientation pour sensibiliser les élèves sur la gestion de l’hygiène menstruelle. À ce jour, il n’existe pas de système de suivi ou de base de données nationale pour mesurer le niveau d’atteinte des objectifs Eau, Assainissement et Hygiène.

Curriculum

Le curriculum actuel d’enseignement fondamental ne prend pas formellement en compte les besoins spécifiques des enfants handicapés. Néanmoins, des dispositions prévues dans le Programme décennal de développement de l’éducation et de la formation professionnelle deuxième génération (PRODEC 2) et la révision de politique nationale d’éducation spéciale apporteront des réponses appropriées.

Le curriculum et les manuels utilisés dans les écoles prennent en considération la question du genre, par la « suppression de stéréotypes et la valorisation de l’image de la femme ».

Matériel didactique

Une malle pédagogique inclusive adaptée à la prise en compte des enfants handicapés a été validée en décembre 2019 par un Groupe de travail sous la houlette de la Direction nationale de la pédagogie afin de faciliter l’apprentissage des enfants handicapés aussi bien en classe inclusive que spéciale.

 

  1. Enseignants et personnel de soutien

La formation continue des enseignants est laissée à l’initiative du secteur privé et des organisations internationalesPar exemple, le Projet d’appui au renforcement des capacités des Instituts de formation des maîtres et à la scolarisation des filles, soutenu par le gouvernement du Japon permet de former les enseignants à la thématique du genre et à la didactique des disciplines. L'Union malienne des aveugles (UMAV) a formé 38 directeurs et professeurs sur l’éducation inclusive. Enfin, le projet de l’USAID et SightSavers permet de former les enseignants sur des modules spécifiques (inclusion, techniques d’enseignement, protection de l’enfance).

Au niveau de la formation initiale, l’éducation inclusive est prise en compte dans le curriculum de formation initiale des élèves-maîtres dans les Instituts de formation des maîtres (IFM). Le module de formation des enseignants en éducation inclusive élaboré en 2013 a été révisé et validé en 2019. Un guide du formateur a aussi été élaboré.

Pour la formation continue, un groupe de formateurs nationaux existe au sein de la Direction nationale de l'éducation préscolaire et spéciale (DNEPS). Au niveau de chacune des 20 académies, il existe également un groupe de formateurs en éducation inclusive. Les sessions de formation des enseignants sont animées par des équipes mixtes.

Le plaidoyer est en cours pour la prise en compte de cette thématique dans les communautés d’apprentissage des maîtres. Par ailleurs, la Direction nationale de l'enseignement normal et la Direction nationale de l'éducation préscolaire et spéciale (DNEPS) ont formé 258 conseillers pédagogiques des 20 académies d’enseignement du pays, aptes à la formation d’enseignants en éducation inclusive.

Pour la langue des signes et le braille, les formations sont assurées par les structures spécialisées. Le ministère de l’Education ne dispose pas encore de spécialistes. Pour les écoles spéciales, des enseignants sont recrutés et mis à la disposition de la Direction nationale de l'éducation préscolaire et spéciale (DNEPS).

Un dispositif pilote des enseignants itinérants est développé par Handicap International. Ce dispositif recourt aux enseignants affectés dans les écoles spéciales pour soutenir les enfants handicapés et leurs enseignants. Toutefois, le profil type d’enseignant itinérant ne figure pas dans la nomenclature des postes du ministère de l’Éducation.

Enfin, le projet de Sightsavers assurera la formation de 76 enseignants et directeurs d’école, de 10 maîtres itinérants et de 14 agents du ministère de l’Éducation nationale sur les stratégies d’enseignement et d’apprentissage de la lecture pour les enfants déficients visuels.

 

  1. Suivi des données

Le pays ne possède pas de rapport national de suivi sur l’éducation. Le ministère de l’Éducation nationale (2015-2016) relève toutefois certains indicateurs de l’éducation inclusive dans le Programme intérimaire de relance du secteur de l’éducation et de la formation professionnelle (2015-2016), tels que le nombre d’apprenants handicapés supplémentaires accueillis dans les écoles classiques et le nombre de filles supplémentaires scolarisées au niveau Fondamental 1.

Un cadre de concertation a aussi été mis en place par la Direction nationale de l’éducation préscolaire et spéciale. Il constitue un cadre d’échanges et de suivi et de coordination des activités d’éducation intégratrice au Mali.

Dernière modification:

lun 16/03/2020 - 11:10